Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du décembre, 2012

« Comme tous les dimanches »

Pour illustrer l'histoire marmonnée du jour, petit lien vers le blog clik et clak de Dominique Houcmant :

Découvrir Liège en images


Le long de la Meuse
Comme tous les dimanches – un de plus à arpenter les berges de la Meuse, échine courbée, pupilles pointues et douloureuses à force de scarifier les brins d’herbe grise, verte et jaune ; la terre lourde ; les eaux opaques.Chaque péniche laisse dans son sillage des vaguelettes qui éructent mollement contre la rive, léchant de leur salive brune sachets en plastique et canettes flottantes.Comme tous les dimanches, N. dame le sentier de ses semelles. Chaque muscle tendu de son corps a beau sentir le frôlement de l’air et le postillon des embruns sur la peau, aucun ne s’y abandonne. Les pieds martèlent, le regard lacère les dos abrupts des pêcheurs, figés à jamais par le désir.Celui de N., assouvi et renaissant, l’aiguillonne, le coince dans un tourbillon dense et lent aux trousses d’une trace improbable et pourtant.L’herbe se fait de plus …

« C’est à l’usure que je l’aurai. »

Tout pour Titou, d'accord. Mais lui, qu'en pense-t-il ?

Titou
Lui faire la gueule, ça sert à rien. Il faut que je trouve autre chose pour qu’elle comprenne.Tout à l’heure je lui ai dit qu’elle me faisait chier. Elle a accusé le coup. Deux minutes après c’était comme s’il s’était rien passé. Je crois que je pourrais mettre toute mon énergie à l’insulter, ça servirait à rien.Il faut que je fasse des trucs qui lui foutent vraiment les boules. Qu’elle aille vivre sa vie et qu’elle me laisse vivre la mienne.C’est à l’usure que je l’aurai.Ce qui est dégueulasse, c’est que je suis coincé. Un autre mec à ma place, il se barrerait de chez lui, une petite fugue vite fait bien fait. Tchao la mère, vive la liberté. Ou alors une grosse connerie pour se retrouver en foyer.Mais moi j’ai pas le droit. Je suis coincé.Je suis coincé et elle sait très bien pourquoi, ma garce de mère.pp. 24/25
D'autres extraits deTout pour Titousont disponibles sur le site.

Sans toit ni loi

Changement de registre mais pas de style pour Nadine Janssens, avec cette nouvelle histoire marmonnée tranchée dans le vif.

Sans toit
Le type fait peur, avec son allure de caïd et son regard souligné d’ombre – celle de sa casquette. Les lèvres et les joues : charnues et brunes. Singlet kaki et pantalon sombre, il arbore des hanches plus larges que ses épaules, tout en rondeurs, et des fesses rebondies. Un anneau brille entre ses deux narines. Loubard coule vers les voyageurs en attente une paupière bordée de cils, longs, épais, noirs ; les effleure d’un œil farouche. Loubard s’approche, cigarette au bec, en quête d’une allumette. Quelqu’un lui en offre une pochette entière. À l’abri des volutes, Loubard s’abandonne à son histoire.Un mètre nonante et fort comme un bar-tabac, Loubard a conservé, de sa vie antérieure, le foulard bandana, les anneaux un peu partout et l’enfant. Celui qu’il a fait sans même s’en rendre compte, juste en se déchargeant la bite une nuit de beuverie, un peu comm…

C'est vous qui le dites... à propos de Mauvais Potage

Babelio n'en a pas fini de déverser ses trésors. Voici maintenant une petite critique de Mauvais Potage d'Élodie da Silva :

« Je continue mon exploration du répertoire des éditions Lunatique. Ce Mauvais Potage est un très bon cru, malgré le titre. La nouvelle d'ouverture qui a son verso en épilogue pose l'écriture. L'ambiance est sobre, concise, profonde. Des micros drames plus ou moins saillants, des plaies pas toujours rebouchées qui se constituent des existences à la va-comme-je-te-pousse. Pas de pathos déplacé, juste de la lucidité sensible et humaine face au constat universel : "Va va falloir vivre avec". Un grand bravo à l'artiste qui sait taper juste tout en ayant l'intelligence de ne pas œuvrer dans un unique registre. »
Une 'tite lichette de soupe ?« À ce jeu-là, il faut être fort. Il faut être fort et aveugle. Ce soir, Lili n'a aucune de ses deux qualités, alors elle trompe le temps en se frictionnant la tête et en rêvant d'un …

« c’est quand même pas compliqué, pour un mec, de faire un enfant à une fille, que je sache. »

Violaine Bérota écrit, avec Tout pour Titou, un romanaussi terrifiant que poignant. On se retrouve vite piégé dans cet entrelacs de voix, glaçantes, bouleversantes ou troublantes, d'une mère trop aimante, d'un Titou paumé, et de l'Autre, ahuri.Un récit court et haletant, d'une noirceur éblouissante.
La MèreDeux d’un coup !Ce salaud m’en a fait deux d’un coup !Je voulais un enfant, c’est quand même pas compliqué, pour un mec, de faire un enfant à une fille, que je sache. Mais il a fallu qu’il fasse le généreux, qu’il en rajoute.Deux d’un coup...Je l’aurais assommée, l’autre cruche en blouse blanche, quand elle m’a annoncé ça, le sourire aux lèvres.Je suis rentrée chez moi.J’allais pas fort du tout.Dans ma chambre y avait le berceau de Titou, et les rideaux tout neufs, le petit nounours très doux, le meuble avec les affaires de mon enfant bien pliées dedans.J’allais vraiment mal.Je me suis allongée pour essayer de me calmer. J’ai posé les mains sur mon ventre. J’ai senti …

Maurice

Nadine Janssens nous marmonne une première histoire, tandis que Maurice nous offre un premier silence.
Le premier silence de Maurice tomba il y a tout juste cinq mois. Très exactement le 23 décembre. Maurice petit-déjeunait avec Valéry. J’avais quant à moi déjà avalé ma pitance et sommeillais dans l’attente du départ imminent. Valéry lui demanda où nous allions et Maurice écarquilla ses yeux. De sa bouche, encore entr’ouverte, pendouillaient quelques mies de pain beurré. Les sons tournèrent autour de sa glotte mais seules un peu de salive et d’écume jaillirent, lui mouillant les commissures. Valéry détourna le regard et décréta que le Jardin Botanique accueillait une exposition d’art floral sans aucun doute exceptionnelle. Quand Maurice, muet déjà, tendit la main vers moi, j’étais loin.Le deuxième silence de Maurice intervint en février, peu après une orgie de crêpes et alors que nous nous trouvions dans le bus. Nous avions pris le 23 afin de nous rendre au centre-ville. Valéry grommel…

Les bons contes font les bons amis

Thierry Moral raconte de belles histoires au micro de Radio Plus. Et pour ceux qui auraient raté la dernière émission, il existe les podcasts !Rendez-vous donc sur le siteLibfly pour (ré-)entendre Mamie Cadeaux et Oscar son chat philosophe, L'Enfant morveux, Le Manchot bougon ou encore Corbeau et Hibou.


Pour nous, Thierry a enregistré des extraits de La Véritable Histoire de la mienne de Philippe Guyral. Vous pouvez les écouter ici. Et croyez-nous, nous ne vous racontons pas d'histoire, ça vaut le détour !

From Belgium with love

Visite guidée de la Belgique, et plus particulièrement de la ville de Liège,  où se déroulent les Histoires marmonnées de Nadine Janssens.On commence donc par le blog de Goldo, bourré de portraits en noir et blanc terriblement attachants.
Rachida Brakni
Le canotier
Le sucrier
Un regard mi-tendre mi-amusé sur les scènes de rue, telle que celle-ci :
Deux chaises
Et tant d'autres encore. À visiter impérativement, pour découvrir Liège et ses habitants à travers l'objectif de Dominique Houcmant, dit Goldo : From Belgium with love.

Effroi, gourmandise, avidité et colère

2012 n'a pas dit son dernier mot que nous lorgnons déjà sur les prochaines publications :
Histoires marmonnées, de Nadine Janssens, recueil de nouvelles entre rêves et cauchemars, à la tonalité douce-amère, et à l'écriture aussi étonnante que rigoureuse. Somptueux et envoûtant. Se déguste avec effroi et gourmandise. 
Tout pour Titou, de Violaine Bérot, narration chorale pour une sombre histoire de famille, entre violence et passion. Bouleversant et brutal.Se dévore avec avidité et colère.

20minutes, papillon !

Fred Loram en vedette dans le 20minutes de samedi, c'est la fête chez Lunatique !
Fred Loram,le choix des libraires

Chère Véronique...

Ne nous en voulez pas, chère Véronique, mais la tentation de fredonner avec Polnareff était trop tentante après avoir lu le post du jour du votre blog : En ce 20e jour de l'avent...

Découvrez toutes les autres tentations auxquelles Véronique a succombé... Ou cet hommage à son arrière-grand-père, un poilu parmi tant d'autres.Et là encore sa belle chronique sur Adrien de la vallée de Thurroch.
Que de trésors sur ce blog !

Les fonds de terroir

Ardennais de naissance, il était normal de voir se déployer sur les rayonnages des librairies du cru les ailes du corbeau d'Adrien de la vallée de Thurroch.

Ici, à Charleville-Mézières (librairie Rimbaud)
Merci à Denis pour la photo. Elle claque !

C'est vous qui le dites... à propos de Fred Loram

Encore une belle gueule qui ne laisse pas indifférent, faut croire !Fred Loram, de Thierry Moral
« j'ai pris Fred en pleine tronche tard hier soir et très tôt ce matin, je suis désarçonnée, sonnée - il est comme les collages, il faut le relire plusieurs fois »
« j’ai ouvert les premières pages de Fred sur la pointe des doigts et que maintenant j’y suis jusqu’au cou, pour mon plus grand plaisir, je me suis laissé emporter et je suis pas à pas ce Fred non pas hors normes, mais au contraire, dans lequel si nous sommes honnêtes, nous nous retrouvons, à certain moment de notre vie.À quand le prochain roman ?Alors devant l'indigence des programmes télés, vous savez quoi faire. »
Merci, Labaronne !

C'est vous qui le dites... à propos de Mailles à l'envers

« je viens de lire Mailles à l’envers de Marlène Tissot et je voulais seulement vous exprimer mon “plaisir” de lecteur.La vivacité du ton, quelques jolies trouvailles d’écriture, la description d’une société dure qui ne fait pas de cadeaux... »
Voir aussi ce post, pour plus de commentaires de lecteurs.

Pote Colle

Quelle belle surprise ce matin, dans la boîte aux lettres...

un collage de Tmor!

Et comme un bonheur ne vient jamais seul, nous commençons à recueillir les premiers témoignages enjoués suite à la lecture de Fred Loram :
« 1 d'abord le format : impec, idéal pour balader dans le sac ou lire au lit, ce que j'adore faire en priorité.2 dès les premières pages j'ai accroché et j'ai vite envie d'aller plus loin.3 ne vous privez pas de l'acheter, pour cadeau ou pour vous.4 je veux savoir si c'est la gueule à Eastwood sur la couverture. »
J'en profite pour répondre : non, ce n'est pas Clint Eastwood sur la couverture. Trop vieux pour être crédible dans le rôle de Fred Loram, et toc !(On se console comme on peut...)

Tu connais la nouvelle ?

Le recueil de nouvelles (Mauvais Potage) d'Élodie da Silva fait partie de la sélection en lice pour le Prix Boccace 2013(voir liste).Un joli doublet puisque Mauvais Potage fait déjà partie de la sélection du Prix de la Nouvelle de Decize.Bravo, Élodie !

Fred Loram ? Un carton !

Merci, Thierry ! Bonne idée que de partager cet instant magique du déballage de Fred Loram!Pour lire la suite, c'est ici.

Pour s'ébaubir du travail de collage, c'est .

Ça sent le sapin pour Adrien

Ça sent le sapin pour Adrien, certes, mais le sapin de salon, celui qu'on décore avec des angelots dorés et des guirlandes clignotantes, à l'angle de la cheminée.

Le aujourd'hui, c'était hier, mais c'est ça aussi, la magie de Noël :
« Aujourd’hui, nous vous réservons une grosse surprise. Vous pensiez avoir tout lu, tout vu et plus rien à attendre d’extraordinaire dans votre quotidien littéraire. Détrompez-vous, Adrien de la vallée de Thurroch est arrivé. »

« Parce que, comme toujours chez Lunatique, il y a une atmosphère, une écriture et une histoire qui vous éclatent à la figure. C’est décalé, fort, formidable. Soit vous vous l’offrez, soit vous faites un heureux au pied du sapin, quoi qu’il en soit, ne passez pas à côté de cette nouvelle publication. Lisez le, vous comprendrez ce que je veux dire.»
Hénaurme merci à Batist Aubrian
pour son indéfectible fidélité à Lunatique.Retrouvez l'article original sur le site Paris à l'Air Livre.

L'histoire de l'éditeur

Glanée sur ediworld, le blog d'Audrey chèvrefeuille sur « Le petit monde du livre avec ses acteurs, ses enjeux, son passé et son avenir », apprenez, bonnes gens, la belle et édifiante histoire de l'éditeur à travers les siècles (oui, bah, pas trop non plus, puisque l'histoire remonte à Diderot).

Avoir bon Moral

Pour avoir bon Moral, s'offrir un Loram !
Ils sont là ! Ils sont arrivés !
Fred Loram  est désormais disponible à la vente. Et ça tombe bien, les prix sont en baisse pour cause de fêtes (la tradition, ç'a du bon !)Alors, on n'hésite plus, on commande pour se faire un beau cadeau !

Quels clones, ce Bertrand Ferrier !

Vég'étal

Quoi de mieux, sur un salon, quand on s'ennuie derrière son stand, que de passer de l'autre côté pour l'admirer ?

Pour être à la page...

Certes, ce n'est pas sur Soapy Mermaid que nous trouverons le bob marqué L'Homme qui n'avait pas de chat que nous réclame Bertrand Ferrier, mais il y a tout de même plein de belles choses pour petits et grands, enfants et parents.

Les dessins vous rappellent vaguement quelque chose ? Pas étonnant, puisque les posts à propos de Filles perdues sont souvent illustrés par les dessins de la même artiste :
1. Stan de Marillac, une fille qui sait ce qu'elle veut ;
2. Fille perdue au supermarché;
3. Ça parle du 7 février 1497 ;
4. Tu me dis si t'aimes pas, hein ? ;
5. L'axolotl de Julia Cortázar ;
6. Rideau !
Une chouette collaboration, quoi !
Mais revenons à nos sirèneS, Soapy Mermaid. Où  il n'est pas seulement question de chiffons mignons mais aussi de littérature ou de musique enfantines, de shopping, de fooding, de stylisme coordonnée et même d'activités (quand qui aime mettre la main à la pâte à sel, par exemple).La présentation est très plaisante avec son de grap…

10 bonnes raisons de ne pas lire Fred Loram

Son livre n'est pas encore paru que Thierry Moral nous assène 10 bonnes raisons de ne pas le lire !
Ce roman pourrait donner des idées à des délinquants en puissance. Ceux qui manquent juste d’un petit coup de pouce mal placé sur la conscience. La pichenette pour passer du côté obscur.
Lire ce livre c’est, quelque part, soutenir la cause d’un ex-taulard qui ne regrette même pas ce qu’il a fait. L’inconscient collectif a pas mal de chausse-trappes de ce genre.
Certaines personnes se demanderont en cours de lecture : « Mais qu’est-ce qu’il a commis comme crime pour faire de la prison ? » Autant prévenir tout de suite, la réponse n’est pas dans le bouquin.
Au milieu du roman, il y a une scène de cul. Même pas excitante. Juste pénible et fatigante.
Fred est un anarchiste jusqu’au-boutiste. Mais aussi un royal looser. Dans tous les romans militants de gauche, c’est le héros qui casse du skinhead. Même ça, il n’y arrive pas. C’est lui qui s’en prend plein la gueule.
De toute …

Une bonne Mayenne

Petit retour sur le Festival du Premier Roman de Laval, Lecture en tête, parce que la dernière fois nous parlions surtout des titres sélectionnés pour l'édition 2013 (lire l'article), fiers d'y voir figurer Mailles à l'envers de Marlene Tissot.
« Rare festival de lecteurs, cet événement culturel révèle avant l’heure les écrivains de talents et fait de Laval une des régions où on lit le plus en France. »« Véritable vitrine de la littérature contemporaine, le Festival du Premier Roman repère les auteurs pour qui le premier roman est la première pierre d’une œuvre en devenir. Le flair des lecteurs de la Mayenne a permis de détecter avant l’heure de jeunes talents. Parmi les révélations: Sorj Chalandon, Laurent Gaudé, Jean-Christophe Rufin, Delphine de Vigan, Jean-Michel Guénassia...

Cette capacité à détecter de jeunes pousses vient du positionnement original du festival. S’il existe de nombreux salons consacrés aux livres, Laval est un des seuls à être un festival de lect…

Le strip-tease d'Adrien

Nous avons eu le plaisir de suivre, étape après étape, le patient travail de reliure effectué sur Adrien de la vallée de Thurroch.
« Les techniques sont souvent les mêmes en reliure.
 Chaque ouvrage dégage une atmosphère.Une ambiance, un rythme.Adrien  est devenu mon ami. »Monique Pécheux, relieuse de métier