Les Voix mortes virent au gris



LES ÉDITEURS ET AUTEURS PRÉSENTS

Al Dante
« Il y a une phrase de Charles Pennequin qu'on ne se lasse pas de répéter, parce qu'elle colle au quotidien de tous ceux qui n'ont pas encore abdiqué : «Je suis vivant, absolument vivant, c'est-à-dire dans la merde.» Il dit aussi, face positive de la même idée : «Penser provoque des nuisances (pour l'entourage).» C'est ce qui ressort du week-end qui a ouvert l'exposition consacrée par Henri Ronse et sa Caravane des poètes à l'intransigeant éditeur de poésie contemporaine Laurent Cauwet, homme-orchestre d'Al Dante depuis dix ans, et toutes ses dents. Al Dante est «dans la merde» structurellement comme tout ce qui résiste, donc vivant. »
(Libération, 19 septembre 2006)

Lunatique
« Lunatique n’est pas en quête du livre qui va marcher, qui va se vendre, parce qu’il traite d’un sujet dans le vent ou est écrit par un auteur en vogue, mais d’une histoire riante ou émouvante aux phrases sculptées dans le rock...'n'roll, et aux images frappantes jusqu'au K.-O. »
(Pascale Goze, des éditions Lunatique)

La Belle Époque
Les éditions La Belle Epoque ont partie liée avec la galerie lilloise du même nom. Elles ont édité Jean-Louis Costes, Bertrand Mandico, Charles Pennequin, Joël Hubaut, Marc Brunier-Mestas et bien d'autres.

Trash Éditions
« le collectif Trash rassemble des auteurs et illustrateurs qui ont de la tripaille et des entrailles à revendre. Ils ont décidé de se réunir pour œuvrer, ensemble, à l'édition de romans dégueulasses, choquants, gore, avec plein de sexe, de sang, de foutre, de sueur et de larmes. Notre but, c'est autant de rendre hommage à la mythique collection Gore du Fleuve noir que de tenter, modestement, de poursuivre sa démarche en proposant des romans courts, secs, nerveux et sans concession. »
(Présentation faite par Antoine Dumont, éditeur de Trash)

Sylvain Courtoux
« Consume Rouge de Sylvain Courtoux est un cadeau d’éditeur. Il est rare dans le domaine de la publication de la poésie contemporaine d’avoir un album grand format de cette qualité. Al Dante a par le passé publié plusieurs ouvrages du poète de Limoges. Cette fois, le format est à la mesure des digressions (les notes abondent), des collages visuels et des constructions typographiques et de mise en page dont raffole Courtoux. Un livre tentaculaire, basé sur le sample, les répétitions, qui avance en spirale et qui explore avec moins de douleurs les doutes et les luttes de son auteur. »
(Présentation du livre par Sylvaïn Nicolino pour Obsküre Magazine)

Christophe Siébert
« Âmes sensibles, se couvrir. Ecrivain radical, productif, une puissance d'évocation rare au bout de ses doigts, Christophe Siébert propose ici ce qu'il qualifie de « série Z existentielle » - une descente aux enfers contagieuse comme une maladie honteuse, incandescente dans tous les sens du terme, d'une crudité poétique et d'une étourdissante intransigeance. Ses personnages, cousins nihilistes de ceux de Virginie Despentes, incendient sur leur route petits élans et existences mornes, pervertissent robots du quotidien et avancent sans vraiment se consulter, droits dans le mur, flambeurs marginaux sans foi ni loi. On en sort sonné, ragaillardi pourtant, consolidé de sable et abreuvé de ciment. »
(Critique par François Perrin pour TGV Magazine)

Nathalie Yot
« Artiste pluridisciplinaire, passionnée des mots, de musique et d'art, architecte et chanteuse, performeuse et auteur, Nathalie Yot a un parcours hétéroclite à l'image de son écriture.
Nathalie Yot est née à Strasbourg en 1966 et vit à Montpellier. Elle est diplômée de l’école d’architecture en 1992 mais préfère se consacrer à la musique (auteur compositeur interprète signée chez Barclay) puis à l’écriture poétique.
D’abord dans le domaine de l’érotisme, elle publie Erotik Mental Food chez L’Harmattan (2008) et deux nouvelles Au Diable Vauvert (Prix Hémingway 2009 et 2010). Elle prend le pseudonyme de NATYOT.
Elle explore ensuite d’autres thèmes, ne laissant de coté ni l’intime, ni la chair car elle dit beaucoup d’elle, fait le tour de son isolement, toujours avec la même intensité. Elle obtient une bourse de la région Languedoc Roussillon pour D.I.R.E son deuxième recueil (Gros Textes mai 2011).
Elle se tourne également vers des projets théâtraux (dont le Total Local Poétic Club, laboratoire poétique où se mêlent diverses disciplines artistiques à la recherche de corrélation), anime des ateliers d’écriture, publie davantage en revue, est invitée à dire ses textes en France comme à l’étranger (Voix de La Méditerranée, BIPVAL, Expoésie, Voix Vives, Poésie Marseille, Parole spalancate / Italie, Poésie en arrosoir / Suisse, International Music Youth festival / Chine) seule ou accompagnée.
Elle publie Bois, Putes, Oiseaux en 2013 toujours chez Gros Textes.
Pendant quatre ans, elle fut chargée de mission par la Mairie de Montpellier pour le Printemps des poètes (Festival « Les Anormales » de la poésie repris en 2014 dans le festival Tropisme).
(Présentation de l'auteur sur le site Languedoc-Roussillon livre et lecture)

Sébastien Gayraud
Né en 1973 à Millau, Sébastien Gayraud est enseignant en cinéma et conférencier. Spécialiste de l’horreur, il s’est depuis une dizaine d’années lancé dans un travail de recherche personnel autour du rapport ambigu entre le fantastique et l’image documentaire. Co-auteur avec Maxime Lachaud de l’ouvrage Reflets dans un œil mort, premier livre français consacré aux Mondo movies, il poursuit sa démarche avec un prochain projet consacré au phénomène du Found Footage. Son premier roman, Camera obscura est à paraître en 2015 aux éditions Camion Noir. Auteur de nombreux articles sur le cinéma, la musique et la littérature, il est également animateur radio dans le collectif Douche Froide, dédié aux cultures sombres et alternatives.

Jean-Louis Costes
« Qui est Jean-Louis Costes ? Ce qu'on retient de ce court documentaire surgi des internets il y a deux jours, c'est qu'au-delà de son incroyable radicalité et du milieu d'où il a émergé - celui de la musique expérimentale francilienne des années 90 - on a affaire à l'un des artistes les plus importants du 20ème siècle. » (Extrait d'un article de Lucie Monponet)

QUELQUES MOTS SUR LE PRIX SAD
Ce prix récompensera des textes soumis par les personnalités présentes au salon (Al Dante, Lunatique, La Belle Époque, Trash, Sylvain Courtoux et Nathalie Yot, donc). Plusieurs prix seront décernés, qui viendront distinguer des textes sombres, écorchés, déprimés, érotiques, forts. Des auteur-es qui ne se censurent pas,ou qui font état de recherches très singulières, en poésie, roman, ou textes courts.
Des textes qui ne passent pas la porte des esprits étroits ni des librairies commerciales, qui témoignent d’une totale dévotion à la littérature et qui retournent la tête d’un lectorat qui apprécie à la fois les sensations fortes et les migraines.

La liste des prix
— Des trophées et décorations (créations exclusives)
— Des verres gravés aux noms des lauréats
Six bières issue d'une cuvée brassée et étiquetée spécialement pour loccasion
— Un disque et une gravure originale

Commentaires