Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du janvier, 2016

À la conquête de nouveaux Terri(s)toires

En ce moment, sur le site Terri(s)toires, on peut lire des extraits du dernier roman de Léna EllaÀ Montparnasse, et faire un peu mieux connaissance avec l’auteur.




« mieux vaut l'honnêteté d'une rafale de mitraillette que le supplice de l'espérance »

A. Nebojsa était invitée, en novembre dernier, par l’associaient Le Sel des mots, au Pouliguen, à l’occasion de la sélection du Strudel aux pommes au Prix Grain de sel.

A. Nebojsaest à la fois auteure et ex-journaliste. Elle a vécu quelques années en Serbie et ses écrits sont influencés par les lieux, le contexte de guerre et par des personnages façonnés par les évènements.Eric Pessan présente l'ensemble des oeuvres d'A. Nebojsa : un premier roman La toute petite fille monstre, 2011, une première nouvelle Yolanda, 2014, et une deuxième nouvelle Le Strudel aux pommes, 2015 tous parus aux éditions Lunatique.Cette dernière nouvelle fait partie de la sélection. Tsi est le fruit illégitime des amours d'un rabbin et d'une chrétienne. Enfant non reconnue, mal aimée, elle mime, en enterrant un chat, la mort de son père. Elle essaie de suivre un rituel juif qu'elle ne maîtrise pas pour pouvoir respecter les croyances de ce père. Ce texte bien que très court pose beaucoup de …

« Le genre à s’évaporer quand ça chauffe. »

Dans son émission Paludes (Radio Campus Lille), Nikola Delescluse partage son enthousiasme pour le dernier roman de Raymond Penblanc, Prête-moita plume.

Il est aussi timide qu’elle, et ça se voit au premier coup d’œil, malgré la barbe et la moustache. Lui aussi habite une ferme, encore un point commun, même si la sienne compte davantage de terres, et plus de bêtes. Au jeu des ressemblances ils s’en découvrent une autre, car lui aussi a perdu son père. Pour faire pencher la balance de son côté (les hommes sont toujours comme ça), il y ajoute sa mère. Il est donc orphelin, orphelin complet. Est-ce que ça se voit ? Est-ce que ça se voit sous la barbe ? Guère, mais ça se verra plus tard, ça se verra à l’usage. Sa sœur se prénomme Jeanne, appelée Jeannette, encore un point commun. C’est elle qui remplace la mère (et le père), alors que pour Jeanne ce serait plutôt Bertrand. Jeanne aime
les mots, il préfère les chiffres, pas vraiment un point commun, mais un point de rencontre, celle des com…

« Et il avait l’air de vouloir me dire des choses »

Dimanche dernier, Lunatique a bu la tasse. Une tasse de café généreusement offerte par Christian Domec, quelques minutes avant le lancement, au Bardac, du premier rendez-vous littéraire de l'année balbutiante ! Le Bardac, c'est ce bar associatif et créatif qui jouxte l'église, au cœur de Saint-Aubin-du-Cormier.Difficile de savoir si le renom des invitées ou la promesse de déguster le cake aux olives de Christian avait incité les curieux à se serrer autour des tables, mais il y avait du monde, plus qu'espéré, et la matinée est passée à toute vitesse. Anecdotes, questions, lecture et dégustation alimentèrent ces deux heures que dura la rencontre.Étalée sur la grande table centrale – il fallait au mois ça ! –, la production des deux dernières années. Dévoilée au grand jour, une partie des projets à venir.