Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du juin, 2016

Sept à lire

La halle Saint-Pierre accueille Les Éternels FMR du 3 au 13 juin.Outre la production de plus de soixante éditeurs peu présents en librairie, le festival propose également une exposition autour du travail de Xérographes éditions :Gravures de Tereza LochmannovaExposition des œuvres de la revue Xero (et notamment du nouveau numéro)Exposition autour du livre de mode Mix & Chic Barbès- Château rougedu 3 au 13 juin 2016 Halle Saint Pierre – Galerie (entrée libre)
Alors, allez donc y jeter un cil !

Vue sur la cour

Vue sur la cour est un spectacle deFrank Schulk et Angélique Condominasoù l'on peut entendre des textes issus de L'Embarquée, mis en chansons.
Pour vous mettre dans l'ambiance, avant le 17 juin

Niouz'letter de FrangélikVue sur la cour, notre dernière création Frangélik, concert de chanson poétique, sortira de résidence le 17 juin à 20h30à l'Atelier de la Motte Aubert, à Saint-Saturnin du Bois. On serait ravis de votre venue ! Réservations conseillées par téléphone au 05 46 01 60 55. Billetterie sur place : 10€ et 8€ en tarif réduit. 
Frank à la guitare, Angélique aux percussions, tous les deux au chant, Frangélik est depuis 2007 un duo complice qui mêle textes, voix et musique pour tisser un univers poétique, intimiste et voyageant.  L’intention de « Vue sur la cour » naît en 2012, de l’envie de parler ou de faire parler des gens, avec une entrée poétique. Ecrire des paroles en regardant des situations concrètes, cueillies dans la vie de tous les jours, comme à trav…

La douleur infligée aveuglément aux plus jeunes, et ce qui s’ensuit

Six nouvelles féroces et magnifiques : la douleur infligée aveuglément aux plus jeunes, et ce qui s’ensuit.Publié en 2015 aux éditions Lunatique, ce recueil de nouvelles de Perrine Le Querrec offre un nouvel aperçu du saisissant talent de l’auteure des romans Le plancherLe prénom a été modifiéet L’Apparition, art d’une écriture originale, concise, violente et poétique que laissaient également bien plus qu’apercevoir les poèmes de La Patagonie.Dédiées à Henry Darger, intitulées Putain de ma mère, Fourmilière, Foyer, La Vierge, This is the end et La tournée, ces six brûlots parlent en une terrifiante beauté du mal que les adultes et les plus âgés infligent aux enfants et aux jeunes – sans vraiment le vouloir, par égoïsme plus que par calcul, par ignorance, par fatigue ou par conformisme, le plus souvent – et aussi, peut-être surtout, de la manière dont les victimes répliquent, avec leurs pauvres, dérisoires et tragiques moyens.« Dépêche-toi ! On y va ! »Porte claquée, elle cavale en t…