Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du mars, 2017

L'ange et la bête

Ne vous fiez pas aux mines tristes de Mael et Philippe, ils se savaient pris en photo (les gredins !), Rue des Livres s'est bien passé, et nous n'avons pas vu le temps passer.Nous n'étions d'ailleurs pas seuls sur le stand, puisque une bête à bon Dieu s'est entichée de Lunatique !On retrouve Philippeles 8 et 9 avril àCita'Livres. Gilles et Angéliquepasserons en voisins nous faire un coucou (et s'offrir du bon temps sur l'île). Ambiance assurée !

Charybde ici, Charybde là

Les libraires de Charybde ont eu la bonne idée d'enregistrer la rencontre qui s'est tenue le 15 avec Antidata et Hervé Mestron,L'Atelier de l'agneau, Françoise Favretto et Jean Esponde, Le Cheminde fer et Annie Mignard, Lunatique, Antonin Crenn, Corine Pourtau etPerrine Le Querrec.Des fois que vos yeux s'ennuient pendant que vos oreilles sont à l'écoute, petit panorama de la soirée.Perrine Le Querrec revient à Charybde le 13 avril, avec Marie Cosnay pour "Apparitions, corps et langage".

La niouze lettre de Frangélik

Bonjour,  
Nous jouerons le 1er avril à 20hVue sur la courdans l'ancienne salle des fêtes d'Andilly,  rue de la paix 17230. 
Un concert organisé gratuitement grâce à la commune d'Andilly, à l'école de Sérigny, au soutien de la Région Nouvelle Aquitaine et de la SPEDIDAM.Entrée libre !Frank à la guitare, Angélique aux percussions, tous les deux au chant, Frangélik est depuis 2007 un duo complice qui mêle textes, voix et musique pour tisser un univers poétique, intimiste et voyageant.  « Vue sur la cour » parle des gens, de la vie de tous les jours, avec une écriture poétique et une musique aux couleurs du monde. On serait ravis de vous y accueillir !N'hésitez pas à passer le mot.Belles journées d'ici là.Frank et Angélique

Vue sur la cour se joue actuellement dans une petite forme, autonome en son et en lumière, dans des lieux atypiques. Cette création a fait l’objet d'une résidence au printemps dernier au Labo du Carré Amelot et à l'Atelier de la Motte Aube…

Poids plume vous offre sa troisième floraison

Il est printemps moins le quart, et Poids plume vous offre sa troisième floraison.Poids plume, ce sont des livres tout petits, des bonsaïs de papier, des textes grands écrits par des plumes hautes comme trois pommes ou centenaires comme des oliviers, des textes nés de la dernière pluie ou vieillis en fût de chêne. Paroles d'écrivains ou d'auteurs occasionnels, paroles plurielles, poèmes singuliers.Ces livres sont des cadeaux. Servez-vous, lisez, passez le mot, faites connaître à vos proches, transmettez à votre tour, offrez...Poids plume, c'est aussi un rendez-vous : une scène, des scènes, des voix, vos voix, des poèmes et de la musique :- Poètes Globe-trotters mardi 7 mars, chezAiôn, 41 rue de la scierie, 17000 La Rochelle, 20h : Dans le cadre du 19e Printemps des Poètes, la Bibliothèque universitaire de La Rochelle et le Centre Inter-Pôles d’Enseignement des Langues (CIEL) de l’Université de La Rochelle ont invité les étudiants à enregistrer un poème pour illustrer la gr…

Au fil des mots

La ville de Baume les Dames, en partenariat avec la librairie Graine de Livre, organise son premier salon du livre baumois.Rencontre avec les auteurs, ateliers contes... de quoi ravir petits et grands pendant toute une journée autour du livre.Seront présents aussi bien des auteurs jeunesse que des auteurs de romans pour adultes, parmi lesquels Michaël Urasqui dédicacera (entre autres ouvrages) Une Librairie en pays hostile. Et rien que pour ça, ça mérite le détour !
Samedi 18 mars à l’abbayeplace de l'Abbaye, 25110 Baume les DamesProgramme complet

Ce serait dommage de s'en priver

photo (c) Antonin Crenn, vitrine des Mots à la Bouche
La passerage des décombres est une plante qui prospère dans les terrains vagues, les ruines. Son habitat est celui que les plantes nobles refusent. C'est dans un coin idéal à sa prolifération, des ruines d'un pont de chemin de fer que le narrateur, enfant au début de l'histoire vient jouer. Les années passent et il continue de venir s'isoler dans cet endroit tranquille avec Titus son ami d'enfance.Antonin Crenn écrit des textes lisibles en ligne. Ce petit livre est son premier publié. Très court, 10 pages, mais attention, chez Lunatique quand même, une belle maison qui soigne ses parutions. Belle couverture, belle mise en page, même soin apporté à cet ouvrage très fin qu'à un roman plus épais.Le texte est très beau, un peu mélancolique, des souvenirs d'enfance, comme des périodes heureuses qu'on ne revivra pas, mais il est aussi positif puisque d'autres beaux moments existeront. C'est une nouv…

Rancœur sourde et beauté contrainte

Ce que pourrait signifier l’ouverture d’une librairie dans un village de Sardaigne.La librairie a ouvert le 30 juillet 1984, le seul jour de pluie du mois. Maurizio, le propriétaire, avait tout prévu car c’était aussi relâche au cinéma. Rien à faire au village. Rien à faire nulle part dans ce maudit pays. Des jours entiers de distribution de tracts dans notre village et dans les autres, un peu plus éloignés. Trois ou quatre kilomètres, maximum.Da MaurizioLa librairie nouvelle !Ouverture le 30 juillet,venez nombreux pour lire et boire un verreQuand ma mère ouvrit la boîte à lettres (mon père ne s’abaissait jamais à « ça », il répétait à qui voulait l’entendre que si on avait quelque chose à lui dire, il fallait venir le trouver directement), elle découvrit un bout de papier inhabituel. Elle le lut avec entrain, comme si on allait lui apprendre qu’elle avait gagné à un jeu auquel elle n’avait pas participé.« Da Maurizio, encore une pizzeria, pensa-t-elle. Mais quand arrêteront-ils d’en …

c’est fou les choses qu’on trouve

La construction abandonnée et la mauvaise herbe en cordes secrètes, joueuses et dangereuses, des enfances à projeter.Il pousse vraiment n’importe quoi dans cet endroit. Là, sous les arches, tout autour entre les tas de cailloux, et jusqu’au bout du terrain, vers le chemin de fer : il y en a partout. De l’autre côté, par contre, c’est beaucoup plus organisé depuis qu’il y a les immeubles, ils ont tout désherbé pour faire une allée bien propre, avec du béton et tout. Mais, au pied de la ruine, c’est fou les choses qu’on trouve, des plantes immenses qui grandissent à vue d’œil. J’aime bien, parce que c’est le fouillis ; sinon, les plantes, ce n’est pas trop mon truc. Je n’y comprends rien.

En dix très belles pages, la nouvelle d’Antonin Crenn, Passerage des décombres, parue en mars 2017 aux éditions Lunatique nous invite à suspendre brièvement le temps, et à retrouver les terrains vagues, châteaux d’eaux désaffectés, ponts de chemin de fer abandonnés par le trafic, vieux murs écroulés, fr…

Rennesdez-vous à Rue des Livres

La saison des salons s'ouvre avec le festival Rue des Livres, à Rennes, les 18 et 19 mars (au parc des Gayeulles).Lunatique a invité cette année Philippe Vourch, pour La Mort embrasse malPhilippe dédicacera son roman le samedi. Ce même jour, Mael Le Guennec sera là aussi. Pas de nouvelle publication, simplement le plaisir d'être avec nous.

Quoi de 9, en mars ?

En résidence d'écriture à Laval, Marlene Tissot a invité Perrine Le Querrec à une causerie littéraire, aux cafés Estienne (Médiapole), ce jeudi 9 mars, à 20 h 30.Avec quatre titres à elles deux au catalogue (Mailles à l'envers, Le Poids du mondeTêtes blondesetL'Apparition), sûr qu'on causera aussi un peu de Lunatique.
On retrouvera avec grand plaisir Perrine à Paris, plus précisément à la librairie Charybde, 129, rue de Charenton, 75012, pour une soirée à propos de la nouvelle.D'autres auteurs (Antonin Crenn, Corine Pourtau), d'autres éditeurs (Antidata,L’Atelier de l’Agneau,Le Chemin de Fer) seront également de la partie.Pour tout savoir sur cette rencontre : c'est ici.

L'accueil y est tel, à la librairie Charyde, que Perrine reviendra bien volontiers le 13 avril. 

l’art du malentendu dramatique, de l’attente tragiquement déçue, ou de l’ironie du sort

À l'occasion de la sortie de la réédition de Pour que demain vienneCorine Pourtausera l’une des sept invitées et invités de la« Soirée de la nouvelle »,mercredi 15 marsprochain à partir de 19 h 30 à la librairie Charybde(129 rue de Charenton 75012 Paris), avec les éditeursAntidata,L’Atelier de l’Agneau,Le Chemin de FeretLunatique.Note de lecture postée par charybde2 ⋅ 1 mars 2017Cinq nouvelles de l’ironie du sort et du destin joliment accablant.Cinq nouvelles d’espoir et de désarroi, de tendresse désarçonnée, de choses qui auraient pu mieux tourner, d’humour noir et d’ironie du sort, parfois assenant leur simplicité diabolique en un coup fatal, parfois développant une ruse machiavélique pour porter leur estocade. Qu’il s’agisse des retrouvailles tardives et délicates entre une jeune mère éplorée et son ex-adolescent fugueur (« Valse lente »), d’une jeune Ukrainienne fuyant désespérément la cave française des trafiquants humains qui l’ont saisie (« Pas de deux »), d’une tentative…

« danses macabres »

Nouvelle Donne se présente comme le magazine de toutes les nouvelles. Et en effet, le site fourmille d'informations sur le sujet, classées en plusieurs rubriques : 
Concours de nouvellesAppels à textesNouvelles à lireChroniquesCette dernière nous intéresse plus particulièrement, et pour cause : on y trouve une recension de Pour que demain vienne, de Corine Pourtau !C’est toujours avec plaisir que nous découvrons de nouveaux auteurs, surtout quand ils sont aussi talentueux que Corine Pourtau. Ce recueil, curieusement titré Pour que demain vienne, aurait plutôt dû s’appeler « Dansez, les petites filles », début d’un poème de Victor Hugo mis en exergue et repris par extraits avant chaque nouvelle. Celles-ci ont d’ailleurs pour titres Valse lente, Pas de deux, Pavane, Bacchanale et Séguedille, c’est dire si le thème de la danse est omniprésent, même s’il n’est utilisé que comme métaphore. En fait, il s’agirait plutôt de « danses macabres » car les malheureuses héroïnes de Corine Pourta…