Montpellier, c’était festiZAL

La ZAL a fermé ses portes il y a dix jours déjà. Lunatique aurait bien volontiers prolongé son séjour à Montpellier et pas seulement pour le chili con carne d'Amélie ou la douceur du climat : accueil fabuleux, équipe du tonnerre, enthousiasme communicatif, et programmation de qualité ont fait de ces quelques jours un vrai de vrai moment inoubliable, mais il fallait être là pour ouvrir la porte à la stagiaire, la très charmante Nolwenn, et se préparer pour le salon suivant, à Bures-sur-Yvette.
Mais la ZAL, en fait, c’est quoi ?
Préparation du catring (avec Antonella Fiori)

Mise en place du stand Lunatique

Réglages et mise au point sur Christophe (Siébert)

Que le spectacle commence ! Succession de lectures, de performances, de chansons, à quelques pas des stands.

Marlene Tissot venue en curieuse sur le stand d’en face,

Mathias Richard (Caméras animales) & Christophe Siébert

La librairie Scrupule

Les petits papiers ont vite remplacé les titres épuisés

Donc, pour résumer : il s’agit d’une déclinaison de la littérature mêlant auteurs, lecteurs, performeurs, éditeurs et chanteurs, le tout dans la bonne humeur.

Rencontres, spectacle, emplettes, gâteaux, papotage et dégustation de bons vins, non-stop et en un lieu unique, mirobolant (la salle Pétraque), au cœur du vieux Montpellier. Il faut y venir au moins une fois dans sa vie, même en touriste, en dilettante ou en tongues, peu importe pourvu qu'un jour on puisse se vanter, des petites loupiotes au fond des yeux : « La ZAL  j'y suis zallé et j'en suis pas revenu de ce que j'ai vu. »

Commentaires