Le film du dimanche



Dans le cadre des Sportiviales, Thierry Moral a proposé aux Vitréens une lecture-spectacle de Phare intérieur.
Il ne faut pas oublier que, avant d'être édité, ce texte été lu une fois en public à l’occasion d’une soirée privée, dans un clapier à lapin d’une dimension de 65 cm x 80 cm x 95 cm. Phare intérieur n’était pas destiné à être publié mais à être joué, et cela s’entend dans les mots simples — des mots d’enfant, tambourinés plus que répétés — et les phrases courtes, cinglantes et implacables qui bourrèlent le lecteur jusqu’au K.-O. final.

Un texte coup de poing, donc, qui marque durablement l’esprit du lecteur.


Et si Thierry Moral a su s’attirer les grâces des Bretons, la réciproque est aussi vraie. On peut le voir ici avec un homme à plumes ou là en grande conversation avec un homme de plume, Stéphane Prat, par ailleurs Manchot épaulard.


Enfin, le compte rendu de son séjour vitréen ne serait pas complet sans un aperçu de la rue dEmbas :

Commentaires