Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du février, 2016

Grain de Sel dans un Strudel

Mercredi soir, on votait à la mairie du Pouliguen. Tous les participants ont mis leur grain de sel, bien sûr, et LeStrudel aux pommes d'A. Nebojša s'est vu récompenser du prix de la Nouvelle salée. (fierté, fierté). En voilà une nouvelle qu'elle est bonne !Cette dernière nouvelle fait partie de la sélection. Tsi est le fruit illégitime des amours d'un rabbin et d'une chrétienne. Enfant non reconnue, mal aimée, elle mime, en enterrant un chat, la mort de son père. Elle essaie de suivre un rituel juif qu'elle ne maîtrise pas pour pouvoir respecter les croyances de ce père. Ce texte bien que très court pose beaucoup de questions : la reconnaissance, la nécessité de l'amour pour se construire, le poids de la religion, du regard des autres, l'importance des rites, du lien qu'ils représentent et de leur pouvoir libérateur... Le strudel aux pommes sera le moyen de tisser des liens, de parler de ce père absent mais supposé mort ... « Elle parlera à son fils…

Un appel à la littérature

Un appel à la littérature« Elle n’aura poussé qu’un miaulement contrit. Timide déjà, s’excusant presque ». C’est ainsi que débute l’histoire de Jeanne, un jour de mars de 1918, dans une petite ferme bretonne, non loin de Quimper. Jeanne grandit aux côtés de sa mère, Marianne, de son père Henri, de sa sœur ainée Marie et de ses deux frères. Elle gardera de Marie, qui meurt à 18 ans, « l’image idéalisée d’une sainte ». Le père disparaîtra, usé par la maladie, quelques années plus tard. A l’école, elle découvre les mots, leur goût, les mystères de la religion, la fascination et les peurs qu’elle suscite. Plus tard, c’est la nature qui se substituera au sacré : « au moins on y voit le ciel, le vrai ». Et puis ce sont les premières rencontres, le premier amour et la déception qui en découle. L’apprentissage de la vie. Jeanne n’est plus une enfant.C’est de Christophe qu’elle tombe amoureuse. Mais l’histoire de Jeanne croise la grande Histoire. Née à la fin de la première Guerre Mondiale, el…

Le Rire et le Lire

Ce sera la troisième fois, déjà, que Lunatique déploiera bâche et nappe à Rennes pour le festival Rue des Livres. Un rendez-vous bien sympathique qui marque le début de la grande saison des salons et autres événements littéraires qui prendra fin en juillet.Le thème, cette année, est paraît-il le rire (article de Ouest-France). Voilà qui nous convient tout à fait, car on rit toujours beaucoup sur le stand Lunatique (au moins autant qu’on y mange, c’est tout dire !)Si nous accueillons Mael Le Guennec, nous serons tout aussi heureux de présenter les petits derniers imprimés depuis un an :








Festival Rue des livres 2016, samedi 12 mars, de 10 h à 19 h, et dimanche 13 mars, de 10 h à 18 h, complexe sportif des Gayeulles, à Rennes. Entrée libre.
On se retrouve là-bas ?

Pour ceux qui auraient raté le train

En ce moment, sur le site Terri(s)toires, on peut lire des extraits du dernier roman de Léna EllkaÀ Montparnasse, et faire un peu mieux connaissance avec l’auteur.


Où l’on peut faire également la connaissance de : Renan et son point de chute parisienJean-Marc, le chef de gare romantiqueet de Michel, le kiosquier mélancolique

Danse avec Buchy

« Plus qu’une dédicace, dont il a été privé [en octobre dernier], c’est une vraie rencontre sur la liberté d’expression qui [s’était] déroulée avec le romancier Jérémie Lefebvre, à la bibliothèque « Les mots passants » de Sainte-Croix-sur-Buchy.À l’invitation de Valérie Hébert, la bibliothécaire, avec l’assentiment du maire Béatrice Drouin, l’auteur a rapidement détendu l’atmosphère, faisant fi de la polémique engendrée autour de son ouvrage Le Collège de Buchy. Devant une assistance très à l’écoute, venue pour comprendre et décrypter son message, Jérémie Lefebvre s’est révélé convaincant sur le sujet brûlant du harcèlement scolaire.


Avec un réel talent de conteur, il a récité quelques passages de son œuvre. Ce qui a fait dire à une personne présente dans l’assemblée : « J’entends différemment lorsque vous lisez, que lors de ma lecture seule. Je ressens moins les propos qui m’ont paru violents a priori ».Acquiesçant, l’écrivain a poursuivi : « J’ai fait parler l’enfant que j’étais avec…

Que Fœtus là, mon Oncle ?

Patriote Côte d'Azur
Tranche de vieAprès son premier roman, Journal d'un fœtus, paru en 2014, Benjamin Taïeb vient de publier, en novembre 2015, un nouvel opus, un récit intitulé Une Nuit pour mon oncle. Deux tranches de vie, l'une sur la grossesse, l'autre, sur la douleur face à un décès.
Connu des lecteurs du Patriote Côte d'Azur pour ses « chroniques judiciaires », Benjamin Taïeb était avocat avant d'opérer une reconversion dans la littérature, sa passion. Au sein des Éditions L'Amourier, mais également en tant qu'auteur, pour le théâtre, et avec ses deux derniers livres, Journal d'un fœtus et Une Nuit pour mon oncle.
Journal d'un fœtusEt si un fœtus, bien lové (ou pas) dans le ventre de sa mère, pouvait parler et décrire tout ce qu'il entendait, ce qu'il ressentait ? C'est ce qu'a imaginé Benjamin Taïeb dans son premier roman. Mais ce fœtus là a le verbe acerbe et la parole crue.Et c'est de cette manière qu'il raconte a…